The Armoire

Ma machine à coudre, Instagram et moi

9 comments2245 views
Aujourd’hui c’est un article un peu spécial, un article peut être un peu plus personnel que les précédents. Je skypais avec ma mère l’autre jour et elle me dit : « Oh j’ai entendu un sketch super drôle sur les blogueuses, que c’étaient toutes des mères au foyer qui s’emmerdaient! ». Sur le coup je n’ai pas vraiment fait attention (mais promis maman, je suis très attentive quand on se téléphone!). Et puis quelques jours plus tard j’y ai repensé. Oui bien sûr, dans les blogueuses, il doit bien y avoir des mères au foyer dans le tas, et puis j’ai envie de dire « Et alors? Qu’elles fassent un blog si elles veulent! ». Mais en fait, je me suis surtout demandé pourquoi, moi, j’en avais besoin. Mon premier blog (bon pas mon vrai premier blog parce que j’étais au lycée et que tout le monde avait un skyblog!) « At Huguette’s Place« , je l’avais démarré après avoir cousu ma première robe. J’étais tellement fière que je voulais la montrer à tout le monde! Et puis le blog à continué, pendant un peu moins de deux ans, et j’y enchaînais les DIY et la couture. Et un jour merveilleux, alors que je rendais visite à Marie à Londres, j’ai découvert Instagram et là, ça a fait des Chocapics!
Instagram c’est la vie! Je suis une accro! J’adore aller voir ce que les autres cousent, les nouveaux patrons qui sortent, les tendances déco, les couchers de soleil (oui J’ADORE!) et puis j’aime aussi poster des photos de ce que je couds, de ce que je vois un peu tous les jours. Mais la question c’est POURQUOI! Pourquoi est-ce que j’ai ce besoin de montrer, de partager sur le blog et sur les réseaux sociaux, ce que je fais? Est-ce par narcissisme ou par générosité, par manque de confiance, par besoin d’être regardée ou complimentée? Je pense que c’est un peu de tout ça. Le blog c’est encore une autre histoire qu’Instagram. Ici on parle de nos expériences avec Marie, de nos voyages, de nos petits plats, de nos bons plans, etc… On parle de nous, bien sûr, mais pas de façon aussi auto-centrée comme je peux le faire sur Insta. Non pas que ça me gène vraiment, mais quand je sens que j’ai du mal à me justifier sur mon utilisation de ce réseau social auprès des gens qui m’entourent, je me dis que j’ai peut-être mis le doigt sur quelque chose.
Je n’ai pas spécialement envie de faire une thérapie là tout de suite sur le blog (pas sûr que ce soit passionnant à lire!), mais j’avais vraiment envie de questionner ce besoin de partager mon petit quotidien. Je suis, alors, allée voir les comptes d’autres filles comme moi. Je ne les trouvais pas narcissiques ou en manque de confiance mais plutôt pleines d’inspiration et de créativité. Je me suis dit que c’était peut-être la même chose pour moi finalement. Je me suis surtout aperçue que je voulais savoir ce qu’elles en pensaient, elles « mes copines d’Insta » à qui je n’ai pourtant jamais parlé (sauf Valentine <3). Je vois défiler leur vie, elles voient défiler la mienne mais on ne se connait pas.
Comme le but de ce média c’est le partage, je me suis dit qu’elle avaient peut-être envie de creuser la question avec moi et je leur ai demandé ce qu’elles en pensaient. Pourquoi est-ce qu’elles faisaient de la couture et puis surtout pourquoi ensuite, elles se tournaient vers Instagram et/ou leur blog. Voici leur réponses :

Caroline, 31 ans, juriste, Montréal.

Caroline
Caroline et sa garde robe « fait maison »
Je suis française et je vis à l’étranger depuis 8 ans. J’ai tout d’abord passé 5 ans en Inde ou j’ai développé ma connaissance des tissus, des matières et de la création… sauf que je faisais appel à un couturier tellement ça me paraissait compliqué! J’ai ensuite déménagé à Montréal en 2013 et je me cherchais une occpuation pour passer l’hiver… Après un cours d’une heure de retouches acheté de manière compulsive sur un site de réductions, je me suis lancée et j’ai acheté un machine à coudre en supermarché.. Je n’étais pas du tout sûre que j’allais m’en servir et puis j’ai découvert de jolis patrons de créatrices indépendantes et je me suis lancée dans la réalisation d’une blouse Marthe de République du Chiffon. Une super idée tellement ce patron est simple à réaliser et à porter! Je me suis ensuite sentie pousser des ailes et je n’ai pas arrêter de coudre…
Je partage ici mes réalisations depuis presque 1 an de couture. Je les porte toutes et je suis très fières de celles que j’ai faites en développant un patron maison après un joli modèle repéré sur internet ou en boutique. J’ai appris en 1 an que les modèles du commerce n’étaient pas toujours adaptés à mes envies et ma morphologie (et à mon budget!) et la  couture permet de faire exactement ce que je veux. Certes il y a des ratés mais c’est aussi très enrichissant en couture et cela permet de progresser à chaque projet!

Fanny, 29ans, cuisinière, Paris.

instagram : contrendroit
Fanny
Fanny en blouse « la blonde » de Delphine&Mauricette

À la base, je suis plutôt coquette et ma maman m’a vraiment donné le goût des jolies choses, les matières nobles, les belles associations. J’apprécie d’être bien habillée. Malheureusement, Je me retrouve pas toujours dans les enseignes du commerce ou alors ça me mène dans des boutiques hors de prix.

Un été, j’ai vraiment fait des folies pendant les soldes. Puis, je me suis offerte une initiation à la couture bien décidée à me faire moi même ma garde-robe. Mes prochaines pièces, j’allais les mériter avant de les porter. Je suis à la base manuelle et créative. Je me sens plus épanouie. Aujourd’hui, je progresse de projet en projet. J’améliore mes finitions et je choisis des projets de plus en plus élaborés. Je me constitue une garde-robe adaptée à ma morphologie et qui dépassera les aléas de la mode. J’aimerais, à terme, être auto-suffisante!

Je couds à partir de patrons indépendants ou d’ouvrages. Sur internet, de nombreuses blogueuses partagent leurs expériences sur les patrons. Certains patrons demandent des modifications. Je me sers de ce partage d’expériences comme un complément d’information bien utile. Le net est aussi une bonne source d’ inspiration. On peut s’inspirer des grandes marques ou des blogueuses les plus productives!!

À mon tour, j’ai choisi de créer un blog, d’y partager mes aventures et mes créations. Cela me permet de prendre du recul sur mon choix de tissu, le montage et le rendu final. J’aiderai peut être à mon tour des apprentis couturières.  En dommage colatéral, cette sympathie et cette bienveillance entre couturières permet de se lier d’amitié avec d’autres blogueuses. Mon activité et mon blog en sont encore qu’à leurs premiers balbutiements. Il est pour l’instant le moyen de montrer à ma famille et à mon entourage mes créations que je mets en scène au travers de mes sorties.

Mais avant toute chose, j’aimerais que mon blog partage ma vision du beau et donne envie de créer la sienne…

Valentine, 26 ans, chargée de communication, Paris.

Valentine
Valentine et son manteau Burda
À l’origine, je ne faisais pas vraiment de couture, mais en découvrant les créations des autres et les patrons qui fleurissent sur la toile, j’ai eu envie de m’y mettre !
Et comme je prenais plaisir à voir les cousettes des autres, cela me paraissait évident de partager les miennes (et on ne va pas se mentir, quand ça plaît, ça fait du bien à l’égo !).
Cela m’a non seulement permis de contribuer aux flots de découvertes, mais aussi de recevoir les conseils avisés des plus expertes (et je suis plutôt preneuse de ce côté là). Quand je publie un article avec un nouveau vêtement, j’essaie de faire un retour sur les difficultés auxquelles j’ai été confrontées, par rapport au tissu, un point technique, un loupé, … Et si en plus ça peut éviter à d’autres de faire les mêmes erreurs, tant mieux !
Pour toutes ces raisons, je chéris Internet et les réseaux sociaux !

Emilie, 32 ans, manipulatrice en radiothérapie, Reims.

instagram : emilipangrazzi
Emilie
Emilie et sa robe Frida de MakeMyLemonade

La couture a été pour moi une révélation! C’est le parfait exutoire à mes yeux. Il me permet de me détendre et de m’évader.

Comme un rêve de petite fille, je peux me fabriquer mes propres vêtements, tels que je les imagine, dans les moindres détails et tels que j’aimerais les trouver en magasin, tout en restant unique! Sortir dans la rue avec une pièce que j’ai entièrement fabriquée me procure un sentiment de fierté…

Partager mes réalisations sur Instagram me pousse à continuer et à rechercher la difficulté encore et toujours.
Les critiques positives comme négatives, sont très constructives sur Instagram. Elles sont souvent très objectives car complètement extérieures à notre intimité.
J’adore me nourrir et m’inspirer des « instacopines » ou « instagra-minettes » que je suis sur ce réseau social.
Quand j’ai un peu plus de temps, je poste des articles sur mon blog pour donner envie à celles qui n’osent pas franchir le pas, et c’est sans prétention aucune!

Angele, 29 ans, infirmière, Rivesaltes.

instagramangele___g

Angele
Angele et sa veste transformée « Blossom » de la Maison Victor en tissu chiné et col en simili.
Je me suis mise à la couture il y a un an et demi à peu près. Je suis autodidacte; mon entourage n’étant pas du tout manuel, j’ai pris mon courage à deux main pour trouver tuyaux et tutos afin de progresser seule et réussir à réaliser ce que j’avais en tête 🙂
Je suis une fan inconditionnelle de vêtements et de mode, mais la frustration de ne pas toujours trouver ce que je cherchais et le prix parfois onéreux de ce que l’on trouve en magasin m’a conduite peu à peu à me mettre à la couture. Je pars souvent d’un patron initial que je modifie afin de l’adapter à ma morphologie et à mon envie du moment. J’aime créer et je prend du plaisir à coudre puis porter des pièces que j’ai d’abord imaginées et que l’on trouve sur personne d’autres afin de créer mon propre style. En progressant, je deviens de moins en moins pressée et de plus en plus exigeante. Je prends maintenant plus de temps à choisir mes matières et à créer un vêtement propre et aux belles finitions. Je favorise ainsi de plus en plus la qualité à la quantité. Voilà ainsi comment je suis entrée progressivement dans le monde fabuleux des fils et des aiguilles !
J’ai découvert Instagram à peu près en même temps et je trouvais fabuleux le fait de pouvoir partager idées et pratiques avec des gens que l’on apprend « virtuellement » à connaître. Finalement mon réseau Instagram s’est majoritairement créé autour de la couture et de la mode; j’aime partager ce que je réalise autant que j’aime lire et découvrir les réalisations des autres. Je peux dire que cela procure une certaine satisfaction d’être complimenté sur son travail, même si j’ai toujours peur en postant une photo que cette exposition virtuelle soit encore incomprise et paraisse prétentieuse. Cette gène est d’ailleurs la raison pour laquelle je me limite à Instagram et que j’ai choisi pour le moment de ne pas créer de blog par crainte de trop m’exposer surement. Le but est avant tout de se faire plaisir et non d’être dans cette recherche de notoriété et de compliment à tout prix (même si elle est gratifiante..) et je souhaite ne pas perdre ça de vue.

Amélie, 29 ans, graphiste/illustratrice, Niort.

instagram@therese_sequin
Thérèse Sequin
Thérèse Sequin et sa robe Lora de la Maison Victor

Je m’appelle Amélie, plus connue sous le pseudo de Thérèse (doux prénom de ma grand-mère, couturière à ses heures perdues). Passionné de graphisme et d’illustration depuis mon plus jeune âge, j’ai choisi d’en faire mon métier et travaille à mon compte depuis 5 ans. J’ai toujours été intéressée par la mode (jeux de matières, formes, couleurs, motifs…), la couture et le fait-main. Ce n’est que tout récemment (avril 2015) que je me suis réellement lancée, sur les conseils d’une amie qui venait de commencer les cours de couture.

N’ayant pas vraiment le temps et l’envie de suivre des cours réguliers, je me suis lancée seule et progresse à mon rythme à l’aide de livres, blogs, tutos vidéo mais aussi grâce aux bons conseils d’une riche et vive communauté de couturières sur Instagram.

Au tout début, je ne pensais pas être assez rigoureuse pour y arriver (la machine et les patrons me faisaient un peu peur) mais avec un peu de motivation et de patience, je me suis rendu compte que ce n’était vraiment pas si compliqué… Il ne faut pas avoir peur de se lancer des défis quitte à découdre et recommencer. On apprend de ses erreurs et le résultat en vaut vraiment la peine… Pouvoir porter un vêtement unique (choix de la forme, de la matière, de la couleur…), que l’on ne trouvera pas dans le placard de sa voisine et que l’on a réalisé soi-même, ça donne un sentiment de fierté qui n’est franchement pas désagréable !

Beaucoup de comptes Instagram m’ont donné l’envie de coudre et m’ont inspiré donc j’ai décidé d’ouvrir moi aussi une page dédié à la couture ; cela pour partager mes expériences, échanger avec d’autres mordues et peut-être à mon tour donner à d’autres l’envie de se lancer dans l’aventure.

Instagram m’a permis de faire de très jolies rencontres, de découvrir les ouvrages d’autres personnes a partir d’un patron commun, de voir d’autres manières de faire… et puis c’est encourageant de pouvoir recevoir des avis extérieurs sur ses propres réalisations. J’y trouve une multitude d’idées, découvre plein de nouveaux patrons, de beaux tissus… Aujourd’hui, c’est un réseau dont j’aurais du mal à me passer.

Clémence, 26 ans, Juriste, Tours.

instagramhuguettepaillettes
HuguettePaillettes
HuguettePaillettes

Initiée à la couture par ma maman, j’ai appris petit à petit à réaliser mes envies et mes vêtements. Dans cette optique, je prends plaisir à découvrir et échanger sur cette passion sur le réseau Instagram.

Ainsi, je décide de publier ma première photo sur Instagram il y a un peu moins d’un an puis j’ouvre mon blog dédié à la couture et au tricot à l’automne dernier ! Derrière cette démarche, je souhaite surtout montrer que la couture est une activité très simple et qui permet une infinité de possibilités. Pouvoir adapter sa garde robe à ses envies, ça n’a pas de prix !

Avant tout, j’aimerai montrer que la couture permet mille et une fantaisies selon nos envies et nos idées. En effet, un patron de chemise peut se transformer en jolie robe, un petit top peut devenir un gilet et une veste peut avoir plusieurs visages si l’on ajoute un col, une manche ou un biais… En somme, il ne faut pas se limiter mais ouvrir son imagination car un patron offre souvent plusieurs possibilités de réalisations.

De la même façon, j’aime détourner les tissus et utiliser ainsi un tissu d’ameublement pour réaliser une veste ou une jupe. J’ai d’ailleurs choisi cette photo qui illustre parfaitement ce détournement puisque j’ai décidé d’utiliser l’envers du tissu sur l’endroit de ma jupe. Par ailleurs, cette jupe est réalisée à partir d’un patron maison car il est parfois très simple de réaliser ses envies sans patron !

Imaginez, osez, essayez, créez, cousez !

Mille MERCIS les filles d’avoir bien voulu participer à cet article, j’ai beaucoup aimé recevoir vos réponses et vous lire. Je vous souhaite une bonne couture à toutes. La moralité de tout ça c’est que la couture est notre premier réseau social à nous! Et je suis très contente d’avoir dépassé mon petit écran de téléphone pour échanger avec vous. Je suis toujours un peu frustrée d’avoir des relations dans un sens sur Insta et je trouve qu’on a pu partager vraiment quelque chose les unes avec les autres et j’en suis vraiment très contente. Il y a plein d’autres couturières à qui j’aurai aimé faire appelle, mais je trouverai surement une bonne excuse pour vous contacter (si ça vous tente d’ailleurs, n’hésitez pas à vous manifester!). J’aurai aussi aimé trouver un couturier, alors si vous en avez un sous la main, faites-moi signe!
Et puis comme le dit si bien Christina  » Ma ChérrrIIIiiiiIIIIIIIiiiiie » : vive la couture, vive la couture et vive la couture!
Elise Huguette
Je suis scénographe et éclairagiste parmi les activités que je pratique. Je suis passionnée de voyage et de couture et je vis à Washington DC!

9 Comments

  1. Mercia toi pour ce super article qui en plus me permet de découvrir d’autres jolies couturières! Et bravo pour le trench Wanda, je le mets sur ma to-do printemps 2016 😉

  2. Cet article relève d’une très jolie initiative, tout à fait dans la lignée du partage sur Instagram. Bravo pour cette idée et cette réunion de témoignages autour de l’amour des aiguilles.

    Je suis contente d’avoir été sollicité et surtout de pouvoir lire les mots d’autres couturières ☺️

  3. C’est marrant, je me retrouve un peu dans tous les témoignages ! Comme quoi on a sûrement tous besoin d’avoir l’impression d’apporter quelque chose !

    Et tu sais ce que je me disais depuis qu’on a toutes les deux quitté l’Est ? C’est que c’était vraiment dommage de n’avoir réussi à se voir qu’une fois ! Alors j’espère qu’à un moment ou un autre on arrivera à se recroiser !!

    Allez, à vos fils, à vos aiguilles, cousez !

  4. Finalement très peu de femmes au foyer dans ta sélection…:) Merci du partage car après tout, le but primier d’un blog c’est bien ça !

Leave a Response