The Armoire

Commencer en couture : le premier projet

9 comments822 views

La semaine dernière, dans la première édition de commencer en couture, je vous racontais comment on pouvait choisir sa première machine à coudre, et comment apprendre à faire connaissance. Cette semaine on va rentrer un peu plus dans le vif du sujet en s’attaquant à un premier projet. Comme on n’a pas tous les mêmes besoin, je vais vous proposer différentes options, à vous de choisir la votre ! Même si moi, je ne vous en montre qu’une seule en détail, vous retrouverez d’autres possibilités à la fin de l’article.

Avant de commencer

La première chose à faire avant de se lancer à couper son tissu c’est d’anticiper. Choisissez un moment dans votre emploi du temps qui ne sera dédié qu’à la couture. Bloquez-vous deux heures à passer en tête à tête avec votre machine. C’est vraiment important de ne pas faire une heure par-ci une par-là, c’est le meilleur moyen pour ne pas finir un projet. Il faudra aussi que vous pensiez à laver et repasser votre tissu avant de vous attaquer à votre projet. Cette étape est vraiment très importante, à ne surtout pas négliger. En effet, beaucoup de tissus ont tendance à bouger après avoir fait un tour à la machine, des fois ils se détendent mais très souvent ils rétrécissent. Se retrouver avec une chemise ou une jupe où le tissus s’est rétracté, c’est le meilleure moyen pour ne plus jamais les porter. Il faut aussi que votre fer à repasser soit à côté de vous, prêt à être dégainé dès que besoin, et il va y avoir besoin.

À l’attaque !

Votre machine est prête, vous vous êtes bien entrainée à faire des lignes droites, votre tissu est lavé et repassé, votre téléphone est éteint pour que personne ne vienne vous déranger et vous avez choisi le projet par lequel vous voulez commencer et vous vous êtes préparé un petit thé. C’est parfait, on peut maintenant se lancer dans le vif du sujet.

Pour commencer, il faut découper votre tissu. Pour ce premier projet on ne parle pas encore d’utiliser un patron, on verra ça la semaine prochaine ! On va plutôt découper des formes simples, des rectangles, super facile. Il est tout de même bien important de faire attention au sens du tissu, on va même parler du sens du droit-fil. Ah !  Ça y est ! Les mots qui font peur arrivent ! Mais non pas du tout rassurez-vous. Le coton a un sens très facile à identifier comme vous pouvez le voir sur cette vidéo. C’est pour ça qu’il est préférable de se contenter de coton avant de bien savoir coudre.

***

Aujourd’hui je vais vous expliquer comment faire un sac à tarte. Il n’y a rien de compliqué dans ce projet, il faut juste être minutieux et bien respecter les étapes et tout devrait très bien se passer. Je ne vous fais pas faire une pochette ou un tote bag, déjà parce que je suis sure que c’est trop facile pour vous, mais aussi parce que Noël arrive et offrir un sac à tarte que vous avez fait à la main avec tout votre courage et votre petit coeur c’est quand même plus sympa comme cadeau !

C'est parti !
C’est parti !

Pour réaliser un sac à tarte vous aurez besoin de :

  • de deux tissus
  • de fil
  • de ciseaux de couture
  • d’un stylos effaçable à la chaleur ou d’une craie de tailleur
  • d’un fer à repasser
  • d’une machine à coudre
  • d’un mètre ruban
  • d’une grande règle métallique
  • d’épingles
la découpe
la découpe

Pour commencer, il faut que vous découpiez trois pièces dans vos tissus. Dans le tissu extérieur, le plus épais, découpez un rectangle de 71×39 cm et une bande 75×8 cm. Dans le deuxième tissu, celui qui servira de doublure, découpez un rectangle de 71×39. N’ayez pas peur de découper, ça ne va tuer personne si vous vous trompez. Si vous voulez être certain de ne pas vous tromper, il est très important de bien tracer vos formes au préalable. Aidez-vous d’un équerre et d’une longue règle métallique, pour être sur de faire des beaux angles droits et revérifiez bien que les dimensions sont bonnes avant de tailler dans vif !

Une fois que vous avez vos trois rectangles, vous pouvez les repasser. Vous allez voir que cette étape se répète souvent mais pour obtenir un beau rendu et de belles finitions, le repassage est indispensable et doit se faire entre chaque étape.

Prenez ensuite la bande qui va servir à réaliser les lanières. Marquez au fer les valeurs de couture d’1 cm. Puis repliez en deux bord à bord pour marquer le milieu. Vous obtenez alors une bande de 3 cm de large. Si vous n’êtes pas confiant, vous pouvez épingler pour maintenir les plis, sinon on commencer à coudre à la machine en point droit. Servez vous du pied presseur comme repère pour garder le même écart et rester régulier. Pour les lanières, il faut piquer à 0,5 cm du bord.

Préparation des lanières
Préparation des lanières

Une fois que vous avez assembler les deux bords « flottants » de la lanière, vous pouvez faire une surpiqure le long de l’autre côté. Toujours à 0,5 cm du bord. Votre grande lanière est prête, il faut maintenant la plier en deux pour trouver le milieu et couper pour obtenir deux petites lanières de la même taille à savoir environ 37 cm.

Préparation des lanières - suite
Préparation des lanières – suite

Vos lanières sont prêtes ! Bravo ! Si votre tissu est un peu fin, vous pouvez repasser un petit coup de fer pour les aplatir avant de passer à la suite. La suite, justement ! On va maintenant fixer les lanières sur l’un des deux autres rectangles. Moi, j’ai choisi de les fixer sur le rectangle extérieur. Pour fixer les lanières il va falloir les coudre au point droit à 0,5 cm du bord. Comme la valeur de couture est d’1 cm, cette première couture sera ensuite cachée, on appelle ça une couture morte.

Mesurez le milieu du petit côté du rectangle de tissu, tracez ensuite un point de chaque côté du centre à 6 cm, ce sont les repères pour placez les extrémités des lanières. Une fois que vous avez épinglé votre première lanière, faites de même avec la seconde. Pour épingler, prenez bien soin de placer vos épingles à la perpendiculaire de la couture que vous allez faire.

Assembler les lanières
Assembler les lanières

Vous vous retrouvez avec un rectangle de doublure et un rectangle de tissu extérieur où sont fixées les lanières. Vous allez maintenant placer vos deux rectangles l’un sur l’autre et les épingler sur l’envers ou endroit contre endroit, c’est la même chose. Autrement dit, les deux faces des tissus qui seront sur l’extérieur doivent se retrouver l’une contre l’autre, en face à face. On épingle toujours en perpendiculaire. Vous pouvez ensuite passer le tout sous la machine en piquant à 1 cm du bord. Servez-vous des indications ou de la largeur du pied presseur pour garder un écart régulier d’1 cm.

Assembler le tout
Assembler le tout

Comme vous êtes en train de coudre deux rectangles ensemble pour former un seul rectangle, vous allez donc vous retrouver à coudre quatre angles droits. Pour être sur d’obtenir des angles bien droit et régulier, il y a une procédure très simple. Une fois que vous êtes arrivé au bout de la première ligne, pensez à vous arrêter 1 cm avant le bout. Laissez votre aiguille dans le tissu, relevez le pied presseur, faites pivoter votre tissu de 90° et rabaissez le pied presseur. En suivant bien ces quatre étapes vous aurez de belles coutures d’angle droit.

Coudre un angle droit
Coudre un angle droit

Je vous conseille de commencer à coudre les deux rectangles ensemble par le milieu d’un des grands côtés, pensez à ne pas faire se rejoindre le début et la fin de la couture, il faut laisser une ouverture de 10 cm pour pouvoir retourner votre sac sur l’endroit ensuite. Avant de passer à cette étape, vous allez dégager les angles. Rien de bien compliqué, prenez vos ciseaux et coupez en biais comme sur la photo. Attention à ne pas couper trop près de la couture sinon ça va être très compliqué à rattraper comme bêtise.

Dégager les angles
Dégager les angles

Un petit récapitulatif de tout ce qu’on a vu aujourd’hui et même la semaine dernière, ça ne fait jamais de mal de se rafraichir les idées !

Rappel
Rappel

Vos angles sont dégagés, alors maintenant on peut retourner le sac. Pour bien former les angles droits, prenez un petit outil fin, perso j’utilise le manche d’un pinceau, vous pouvez aussi utiliser vos ciseaux fermés pour pousser les angles. Par contre le critérium je trouve ça trop fin et ça peut faire des trous.

On retourne
On retourne

Après l’étape du retournage de chaussette et des angles, on obtient une forme qui s’approche d’un rectangle mais c’est quand même pas encore tout à fait ça. Du coup vous savez ce qu’il vous reste à faire : un petit tour sur la table à repasser bien sûr ! Cette étape vous permettra aussi de marquer le pli de l’ouverture que vous avez laissé, ça sera plus simple ensuite quand on passera à la couture finale.

Avant / Après
Avant / Après

Votre rectangle est bien beau, bien plat, c’est parfait, pas de panique ni d’impatience la fin est proche. Pour avoir de belles finitions et un beau rendu final, je vous conseille de faire une surpiqure à 0,5 cm du bord pour renforcer et maintenir les côtés où il y a les poignées. Une fois que vos surpiqures sont faites, vous pouvez ramener les deux petits côtés vers le milieu. Faites deux rabats de 16 cm en laissant une ouverture de 3 cm, comme vous pouvez le voir sur la photo juste en dessous.

La fin est proche
La fin est proche

En gros, vous allez obtenir un presque carré de 35×37 cm. Pour fixer le tout il ne vous reste plus qu’à faire la couture finale à 0,5 cm du bord en prenant soin de faire des belles coutures pour les angles droits. N’oubliez pas de faire un point d’arrêt au moins à la fin en faisant se chevaucher le début et la fin de la couture.

Dernière étape
Dernière étape

Bravo ! Vous y êtes arrivé ! Pour le choix des tissus, je suis allée chez l’ami suedois, parce qu’on le trouve tout partout ! Leurs cotons sont vraiment bien, de bonne qualité et résistants. Pour la doublure, Ikéa propose également des cotons plus fins. Le tout à un prix plus que dérisoire évidement ce qui est parfait pour commencer en couture.

Alors le sac à tarte c’était un peu une excuse pour voir plein de points nouveaux. Sans vous en rendre compte, vous avez fait des lanières, une doublure et des angles droits. Vous vous êtes perfectionné en lignes droites. Vous avez appris plein de nouveaux termes techniques et vous avez révisé ceux de la semaine dernières. J’espère que ce premier vrai projet de couture vous aura permis de mieux faire connaissance avec votre machine et qu’il vous aura donné envie de continuer. La semaine prochaine on parle de patron, les choses vont se corser et ça va devenir beaucoup plus technique. En attendant, faites des sacs à tarte, des tote bags avec ou sans doublure, ou allez faire un tour sur ce site pour trouver plein d’idées pour débutant.

***

Glossaire du jour

Couture morte

Une couture morte est une couture en point droit ou à la main, réalisée dans la valeur pour fixer deux pièces ensemble de façon provisoire, pour fixer une fronce ou un pli.

Dégager les angles

Dégager les angles consiste à couper l’excès de tissu d’un angle droit sur l’envers pour pouvoir mieux former l’angle une fois le travail retourné sur l’endroit.

Doublure

Une doublure est une double couche de tissu. Cette épaisseur de tissu est utiliser pour donner un rendu net en cachant l’envers du tissu principal. La doublure permet aussi de rendre votre ouvrage plus solide et plus résistant puisqu’il sera plus épais. Une doublure se fait dans un tissu plus fin et plus fluide que le tissu extérieur.

Droit-fil

Le droit fil est le sens de la longueur des fils dans le tissu. Il est important d’identifier et de suivre le droit fil d’un tissu pour avoir un tombé et des finitions plus nettes et plus régulière. Un tissu peut être découper dans le droit fil ou dans le biais, donc dans la diagonale, mais ça on y reviendra plus tard !

Endroit / Envers

En plus d’avoir un sens dans la structure même de sa fabrication avec le droit-fil, un tissu, un peu comme une feuille de papier, a un recto et un verso. Pour un tissu, on parlera d’endroit et d’envers. L’endroit est la partie extérieure du tissu, la face qui sera visible. L’envers est donc la partie qui sera cachée et sur l’intérieur. Une doublure, même si elle est à l’intérieur d’un sac ou d’un vêtement sera utilisée pour que ce soit l’endroit qui soit visible. L’envers de la doublure sera contre l’envers du tissu extérieur.

Epingler

Épingler permet de maintenir un pli ou deux pièces de tissu ensemble avant d’être fixer par une couture. L’épinglage se fait avec des épingles, des petites aiguilles en métal avec une extrémité pointue et une extrémité avec une tête plate comme un clou, ou un embout large en plastique. Épingler se fait à la perpendiculaire de la couture qui sera réalisée par la suite. Si vous épinglez dans le sens de la couture, vous risquez soit de casser votre aiguille soit votre épingle si vous ne pensez pas à les enlever juste avant de faire la couture. Épinglez à la perpendiculaire permet de laisser toutes les épingles en place et de les enlever une fois la couture terminée.

Marge ou valeur de couture

Une marge de couture peut aussi être appelée une valeur de couture. Il s’agit de la partie qui se situera entre la ligne de couture et le bord du tissu. Cette bande fine n’est pas, à proprement parlé, utilisée mais elle est indispensable. Lorsque vous voulez avoir un carré de double épaisseur de 5cm de côté, vous allez coudre ensemble deux carrés de 7 cm de côté. Si vous ne pensez pas à rajouter la valeur de couture, vous vous retrouverez à la fin avec un carré de 3 cm. En général la marge de couture, si elle est comprise dans un patron, est d’1 cm. Dans les dimensions que je vous ai donné pour le sac à tarte, les marges de couture sont comprises dans les dimensions données pour la découpe. Elles sont d’1 cm.

Marquer les plis

Marquer les plis se fait au fer à repasser, un outil tout aussi indispensable que la machine à coudre. Ça signifie qu’avant de coudre un pli ou un ourlet, vous allez préformer la pliure à l’aide du fer à repasser. Vous serez ainsi plus sur d’avoir un pli propre et régulier.

Surpiqure

La piqure est une couture qui sert à assembler deux tissus ou à fixer un pli. La piqure se fait sur l’envers. La surpiqure se fait sur l’endroit de l’ouvrage et a surtout un but décoratif. Ce point est beaucoup utilisé pour les finitions des jeans par exemple. Elle peut être faite dans un fil contrasté pour plus de fun et de déco mais elle peut aussi être plus discrète et être dans une teinte  de la même couleur que le tissu sur lequel elle est faite.

Stylo effaçable ou craie de tailleur ?

Une craie à textile peut se présenter sous la forme d’une craie carrée ou triangulaire mais elle peut aussi ressembler à un gros porte mine, dont vous pouvez changer la craie fine qu’il contient. Ces craies servent à faire des marques temporaires sur les tissus avant de les découper ou pour marquer une pince (on y reviendra) ou un pli (on y reviendra aussi). L’inconvénient de la craie c’est que ça peut faire des trainées, des marques farineuses qui ne s’effaceront qu’au lavage.

L’avantage du stylo effaçable est qu’il est plus précis car plus fin qu’une craie et qu’il s’efface grâce à la chaleur du fer à repasser. Ce point peut aussi être un défaut suivant ce que vous avez à faire par la suite. Le stylo effaçable ne se voit pas sur les tissus noirs, il faudra à ce moment là préférer la craie. À vous de choisir, mais personnellement, depuis que j’ai découvert le stylo effaçable je ne peux plus m’en passer. Vous pouvez les trouver dans les papèteries ou même dans n’importe quel rayon papèterie d’un super marché. C’est tout simplement les stylos Frixion de la marque Pilot.

Elise Huguette
Je suis scénographe et éclairagiste parmi les activités que je pratique. Je suis passionnée de voyage et de couture et je vis à Washington DC!

9 Comments

  1. Hiiiiiiiiiiiiiii \o/ (attention, hystérique en liberté signalée !) me voilà avec un top 2 pour mes premières oeuvres 😀 j’ai aussi une jupe à tester, belle-maman m’a offert un kit qui comprend les explications, le tissu, la ceinture élastique et les fils. Temps de réalisation d’une heure, pour les débutants 🙂 c’est de la marque Frou-Frou, je ne sais pas si tu connais !
    Merci mille fois pour ce tutoriel, j’aime beaucoup ta façon précise de décrire tout ça tout en étant rassurante 0:-)

  2. Genial! Suis tout a fait d’accord aevc Estelle Tracy: tu devrais convertir ce post en e-book!

    Ca me motive de plus en plus pour acheter une machine a coudre, parce que bon, la je fais le costume d’halloween de ma fille a la main et pffff. (et encore, il y a du progres, la je couds a la main, l’annee precedente, je collais au pistolet a colle: tu vois comme tu me motives????)

  3. Génial ton article !!! Je pense suivre un ou deux cours de couture cet hiver (dans ma liste des choses à faire avant 30 ans) et ton article me donne des idées ! Bon il faut acheter le matériel maintenant 🙂

  4. C’est vraiment une belle idée ces cours de couture, et comme le dit si bien Delphine, on apprécie la précision des explications, tout est s’éclaire c’est merveilleux ! MERCI et à la semaine prochaine ! 🙂

  5. Bravo pour la qualité de l’article, les explications, les photos step by step, … Tout ce dont j’aurais rêvé quand je me suis mise à la couture !
    Vraiment top, les débutants vont pouvoir compter sur toi !!

    1. Je dois t’avouer que ça a été très long à faire mais à chaque fois que je prenais une photo ou que j’écrivais je me disais « Fais l’article sur lequel tu aurais aimé tomber il y a quelques années. » et je crois que ça a marché ! J’ai hâte de faire les autres maintenant !

Leave a Response