The ArmoireThe Bavoir

Nouvelle couture pour nouveau corps post partum

2 comments688 views

Alors même si on est lundi et qu’on va forcément parler de couture, je voulais aussi parler d’autre chose. Je voulais vous parler un peu de cette situation qu’on envisage un peu en se disant « non mais pour moi ce sera différent »… tu penses… Aujourd’hui je voulais vous parler du rapport au corps post partum. Après avoir hébergé un bébé pendant neuf mois, le corps se transforme petit à petit pour ne plus jamais revenir à ce qu’il était. Alors oui, bien sûr, tout le monde le sait ça, mais c’est pas grave, c’est pour la bonne cause. Et puis, quand on a un si beau bébé, franchement on devrait s’en foutre de ressembler à une baleine échouée. Et bien c’est faux, moi je ne m’en fous pas du tout. C’est vrai qu’il existe des nanas qui retrouvent leur ligne deux semaines après l’accouchement et tant mieux pour elles. C’est souvent ces mamans là qui s’affichent sur les réseaux sociaux et comme les mamans plus normales (moins parfaites) ne se montrent pas, on en vient à penser que c’est la norme de ressembler à un mannequin alors qu’on sort à peine de la maternité. Du coup, quand on se retrouve face à ce nouveau corps totalement difforme, flasque et recouvert de vergetures, on pense qu’on est la seule dans ce cas et qu’on est même pas capable de faire comme les autres.

Je suis un peu jalouse, c’est vrai, je l’avoue. J’aurais bien aimé faire partie de cette catégorie de nouvelles mamans, mais comment dire… Ce n’est vraiment pas mon cas ! Moi, j’appartiens à l’autre catégorie, celle qu’on ne voit pas. Je fais partie des femmes qui ne s’habillent presque qu’en pyjamas, en espérant un jour retrouver un peu de ce corps d’avant, que, finalement, on ne détestait pas tant que ça. Il parait que tant que j’allaiterais les choses ne s’arrangeront pas, c’est drôle, j’avais toujours pensé que l’allaitement faisait maigrir… dommage !

Et comme je suis un gros tas (« Mais non ma chérie tu es magnifique. »…) forcément il n’y a plus aucun vêtement dans lequel j’arrive à rentrer. Mais surtout, je n’ai plus beaucoup de vêtements dans lesquels je me sente à l’aise. Pour remédier à cette situation, il me faut de nouveaux habits, mais si je devais tout racheter, d’abord je ne suis pas sure que je serais autant motivée pour perdre du poids, mais surtout ça me coûterait un bras ! Du coup, j’ai préféré dépenser plein de sous dans un achat massif de jersey et autres tissus élastiques.

Pollytop
Pollytop

Coudre la matière élastique ce n’est pas toujours évident et contrairement au coton, ça demande beaucoup de précision et de patience. Comme je n’ai jamais vraiment cousu de matière élastique, sauf avec la robe Eden, et je me suis dit qu’il serait sage de commencer avec un modèle simple d’où le choix du Polly top de By Hand London. Alors oui c’est vrai, ce modèle n’est pas hyper moderne c’est sûr. Mais il est rapide et simple à réaliser et surtout le patron est gratuit. À l’origine, ce modèle est un débardeur donc plutôt fait pour l’été. Comme on est au mois de janvier et que mes bras ressemblent à des cuisses, j’ai préféré rajouter des manches. J’ai pris celles de la robe La Parisienne que j’ai ensuite cousues à mon top. Comme l’emmanchure était plus petite que la tête de manche, je me suis retrouvée avec un surplus de tissus de 7 cm. J’ai donc décidé de créer un pli creux sur le haut de l’épaule pour apporter un peu plus de structure à ce top et être un peu moins dans la rondeur.

ça baille

Il m’a quand même fallu un peu de patience et de temps pour finaliser l’encolure. Comme lors de mon premier essai, le col baillait beaucoup devant et derrière, j’ai tout démonté. Une fois mon biais de col enlevé, j’ai fait une piqure simple et serré tout le long de l’encolure à 5mm du bord pour aider le tissu à se tenir. J’ai ensuite reposé le biais du col en tirant un peu sur le biais mais en laissant le tissu de l’encolure dans un tension neutre. Le biais a alors agi comme un élastique et a légèrement refermé le col, du coup, ça ne baille plus. Pour fixer le col, j’ai réalisé une surpiqure à 2 mm pour le maintenir en place, un petit coup de fer et le tour est joué.

détails

Même si ce n’est pas la pièce la plus mode de mon dressing, j’ai beaucoup aimé coudre ce top et je me sens très bien dedans. J’ai beaucoup aimé travailler le jersey. Si jamais vous avez une surjeteuse, c’est le moment de l’utiliser et si vous avez une simple machine et que vous désirez coudre du jersey, ça ira très bien quand même veillez simplement à coudre dans un point droit un peu plus large que d’habitude, en 4 par exemple, pour conserver l’élasticité du jersey.

Alors, c’est vrai que ça peut paraitre un peu superficiel tout ça. Se plaindre de son corps parce qu’on ne rentre plus dans ses vêtements ça parait bien futile après avoir donné naissance à un magnifique bébé. Mais on a quand même le droit de dire qu’on ne se sent pas super bien et que des fois, ça rend un peu malheureux. Mais je me console en me disant que surtout, ça me donne une bonne excuse pour coudre encore et encore !

Elise Huguette
Je suis scénographe et éclairagiste parmi les activités que je pratique. Je suis passionnée de voyage et de couture et je vis à Washington DC!

2 Comments

  1. Il a l’air effectivement très confortable ce top ! et puis il va avec tout, non ?

    Il est évident que tu as le droit de te plaindre, et faire la paix avec ton nouveau corps (qui met du temps avant de se poser tranquillement) ça prend du temps ! Oui le bébé est magnifique, mais bordel, t’as vu par quoi t’es passée ?

    Courage, les mois qui suivent l’accouchement sont durs, kilos perdus ou non (j’ai un peu culpabilisé, mais mois ce qui m’a fait beaucoup de bien sur tous les plans, c’est la crèche !).
    Paraît-il c’est 9 mois pour donner la vie, et 9 mois pour trouver son corps.

    En attendant, prends du temps pour toi, de la couture, des bains relaxants, des massages, … des trucs qui font du bien !!

    1. Il va effectivement avec tout ce haut mais comme il est en matière élastique il est surtout hyper confortable !
      C’est vrai que deux jours par semaines rien qu’à moi ça serait le rêve mais pas possible aux USA, les tarifs des modes de garde sont exorbitants. En attendant, je profite de chaque sieste de Léon pour moi et des moments d’éveil pour nous deux !

Leave a Response