The ArmoireThe Mémoire

Ma machine à coudre, Instagram et nous

716 views
instagram et nous

L’an dernier je vous parlais de mon rapport à Instagram et du rôle que ce réseau jouait dans mon quotidien. Pour l’occasion j’avais invité plusieurs personnes à se joindre à moi. À l’occasion de cet article, j’ai fait la cyber connaissance de plusieurs personnes que j’ai apprises à cyber connaître depuis, ça a également donné lieu à des collaborations qui m’ont chacune apporté quelque chose. Quand j’y pense, j’ai envie d’en faire encore et encore !

@EliseHuguette
@EliseHuguette

Un an est passé et ma pratique d’Instagram est toujours aussi présente dans ma vie. Je poste une photo tous les jours, ou presque. Je fais des tours pour voir ce qu’il s’y passe de nouveau. Mais avec le temps et avec l’augmentation du nombre de mes abonnés (même si ce n’est pas ouf, ça a quand même quintuplé depuis mon arrivée aux USA) je me laisse parfois aller à des dérives qui ne me plaisent pas du tout. Et si je n’y fais pas attention, ça s’immisce dans mon quotidien sans crier gare. Sans m’en rendre compte, je deviens addict, je sors mon téléphone à longueur de journée, je ne me préoccupe pas de ce qu’il se passe sous mes yeux, mais plutôt de la photo que ça va donner pour Instagram. Quand je me pose derrière ma machine à coudre, le processus s’inverse. Je couds, je ne pense qu’à ça et à la fin, quand je suis fière du résultat, alors j’ai envie de le montrer. Je me rends bien compte que ce rapport n’est pas très sain, et j’essaie de lutter contre, mais je me suis dit que je ne devais pas être la seule à me laisser prendre dans les cyber filets d’Instagram. Du coup, pour cette deuxième édition sur le sujet, j’ai à nouveau fait appelle à mes instacopines pour qu’on puisse se pencher un peu sur cette question.

***

Last year, I told you about my relation to Instagram and the role of this network played in my daily life. For this occasion, I invited some people to join me. In this article, I made the cyber acquaintance of several people that I learnt to know, it also gave birth to collaborations that each brought me something. When I think about it, I want to do more and more!

A year has passed and my practice of Instagram is still present in my life. I post a picture every day, or almost. I’m regularly looking what’s new on Instagram. But over time and with the increasing number of my subscribers (even if it’s not crazy, it is still five times more since I arrived in the USA), I sometimes let myself do things I do not really like. And if I do not pay attention, it interferes in my daily life without warning. Without realizing it, I became addict, I go out with my phone all day long, I do not worry about what happens under my eyes but rather the picture that it will post on Instagram. When I sit behind my sewing machine, the process is reversed. I sew, and then I think only of the picture at the end, when I’m proud of the result, and that I want to show it. I realize that this report is not very healthy, and I am trying to fight it, but I figured that I should not be the only one to let myself be caught in the cyber-fetters of Instagram. So, for this second edition on the subject, I again asked the assistance of my instacopines so that we can discuss a little bit about this issue.

Marilou ou @les_petits_ciseaux_by_marilou, France

Je m’appelle Marilou, j’ai 27 ans et j’ai créé depuis un an le blog les Petits Ciseaux by Marilou où je présente mes créations. J’ai commencé la couture en hiver 2014, je réalise aujourd’hui mes propres vêtements, des vêtements de bébés et d’enfants, mais aussi des commandes personnalisées de mon entourage. J’ai appris la couture lorsque j’étais enfant avec ma grand-mère qui est couturière de métier. Je vous invite à aller jeter un œil sur mon blog (lespetitsciseauxbymarilou.com) pour découvrir mes réalisations.

@les_petits-ciseaux_by_marilou
@les_petits-ciseaux_by_marilou

Instagram et moi :

Ce que j’adore :

Je passe énormément de temps sur Instagram, je check à longueur de journée mon feed et je discute avec des coupines de couture ! J’adore ce réseau social pour le côté partage et inspiration. Je fais des captures d’écran de toutes les images que j’aime et je les classe dans un album sur mon téléphone où je pioche l’inspiration. La communauté « couture » est très réceptive, il m’arrive souvent de demander des conseils sur un tissu, une technique, même sur un choix de boutons et j’ai systématiquement un retour. Je trouve cette communauté bienveillante, les commentaires sont sincères, je n’ai encore jamais été exposée aux critiques sur Instagram.

Ce qui me plaît moins :

Néanmoins depuis quelques mois, je suis de plus en plus frappée par le côté commercial du réseau social. Je trouve qu’il y a beaucoup de publicité cachée ou ostensiblement visible (les marques sont présentes sur Instagram, elles apparaissent dans notre feed avec des posts sponsorisés ou de manière cachée dans les posts des ‘gros’ comptes (>100K). Instagram devient/est un réseau de promotion. Les bloggeuses/instagrameurses/youtubeuses sont contactées par une marque, elles reçoivent un produit qu’elles vont photographier et mettre en valeur pour nous donner envie de l’acheter. Souvent on trouve un code promo dans la description du post. J’ai vu certains posts où on pouvait lire « je n’ai pas été payé pour dire du bien de tel produit », mais où va-t-on ? Ce qui me déplaît c’est que ce n’est pas assumé franchement comme étant de la publicité. Il n’y a plus de rapport direct entre la marque et la cible, mais un intermédiaire payé (ou rémunéré en nature par des cadeaux ou autres) qui s’interfère entre la marque et la cible de façon à brouiller le message.

***

My name is Marilou I’m 27 and last year I created my own blog Les Petits Ciseaux by Marilou where I present my creations. I started sewing during winter 2014, today I make my own clothes for babies and children but also some customized commands for my friends. I learned how to sew when I was a child with my grandmother who used to be a seamstress. I invite you all to go and take a look at my blog to discover what I do.

Instagram and I :

What I love :

I spend a lot of time on Instagram, I check all the time my feed and I discuss about sewing with my friends! I love this social network for its sharing and inspirational aspect. I make screenshot of all pictures I like and I classify them in an album on my Iphone where I catch my inspiration. The « sewing » community is very receptive, I often ask for advice about one cloth, one technique, even on one buttons’ choice and I always have feedback. I find caring in this community, truthfulness in comments, I have never been criticized on Instagram yet.

What I like less :

However for a few months have I been more and more struck by the commercial aspect of the social network. I think there is a lot of hidden or conspicuously advertisements (brands are present on Instagram, they appear on your feed with sponsored posts or in a disguised way on « big » account posts (>100K)). Instagram is becoming/is a promotional network. Bloggers, YouTube’s and Instagram’s people are contacted by a brand, they receive a product, they photograph and highlight it to give us the willingness to buy it. There is often a promotional code in the description of one’s post. I’ve seen some posts where it can be read: « I wasn’t paid to say good things about such product », but where are we heading to? What I dislike is that it isn’t frankly assumed as being advertisements. There is no direct relationship between the brand and the target but one paid go-between (or paid in kind by gifts or other) which interferes between the brand and the target in order to scramble the message.

Sabine ou Point.Barre, Belgique. 

La couture, tout comme mes nombreux autres loisirs créatifs sont ma bulle d’oxygène au quotidien. Depuis toujours, j’ai besoin de créer, d’inventer, d’essayer, de dépasser mes limites, d’apprendre, de découvrir …

@point.barre
@point.barre

Ce qui me plaît dans la couture c’est qu’elle me permet d’assouvir tous ces besoins. C’est également une passion utile et durable. Je serais tellement frustrée de passer des heures à réaliser des pâtisseries qui sont englouties en une bouchée …

Pourquoi Instagram ?

Ça a commencé sur un coup de tête, entre les copines qui me disaient : « N’y vas pas surtout ! Tu vas perdre des heures ! » et les autres qui me poussaient dans le dos. Entre mon envie de partager, de montrer ce que je crée et la peur d’être jugée et mal comprise, entre mon envie de partager ma passion, mais la peur de transformer ma vie en vitrine. Après un peu moins d’un an d’Instagram, je peux tirer un premier bilan, plutôt positif !

Le plus gros point positif est que ce lieu d’émulation a eu pour effet de me pousser plus loin, de me faire sortir de ma zone de confort, de me lancer des défis et d’oser croire que je peux y arriver …

J’y ai également trouvé la reconnaissance et la légitimité (ex: concours louis-Antoinette Paris), le soutien et les nombreux et adorables encouragements (après un gros mois de pause pendant les vacances, mon premier post a été l’objet de nombreux « ah ça fait plaisir de te retrouver »).

Bien entendu, c’est également un lieu de rencontres et d’échanges. Je n’ai malheureusement pas assez de temps à mon goût à investir dans l’entretien de relations plus fortes, mais je trouve cela extraordinaire de pouvoir échanger avec une communauté de passionnée par le même sujet.

J’apprécie également le partage de trucs et astuces, de conseils, d’avis de cette communauté très ouverte à l’échange. J’aime partager en quelques mots mes modifications de patrons, ce qui a marché ou pas, tout en essayant de garder une longueur de post raisonnable.

D’après l’utilisation que j’en ai, je trouve qu’Instagram a également ses limites. Je trouve cela frustrant de présenter des heures de travail en une image ayant une durée de visibilité très très courte. Je pense qu’un blog correspondrait mieux à l’usage que j’ai de ce média, mais je n’ai pas la possibilité d’y investir plus de temps …

Pour conclure, Instagram c’est aussi et surtout un paquet de rencontres virtuelles desquelles émanent peu à peu de vraies rencontres et de beaux projets communs que je me réjouis de vous présenter… la suite au prochain épisode !

***

Sewing, as the array of my other creative passions are my daily « bubble of oxygen ». I always wanted to create, invent, try, go beyond my limits, learn, discover …

What I like in sewing is that it allows me to satisfy all these needs. It is also a useful and lasting passion. I would be so frustrated to spend hours cooking pastry which would be eaten in just a second …

Why Instagram ?

It started on a whim. With my friends who told me: « Don’t go there, you’ll waste hours ! » and the others pushing me in the back. Between my desire to share, to show what I create and the fear of being judged and misunderstood. Between my desire to share my passion but the fear of turning my life into a showcase. After one year of Instagram, I can make a first assessment, rather positive!

The biggest benefit is this location full of emulation has had the effect of pushing me further, getting me out of my comfort zone, challenging myself and improving my self-confidence …

I also received the recognition and the legitimacy (eg louis-Antoinette Paris contest) as well as some support and many loveable incentives.

Of course, it is also a place for meetings and exchanges. I unfortunately do not have enough time to invest myself in creating stronger relationships, but I really like to interact with this community of passionate people.

I also enjoy sharing tips and tricks, advice, with this community very open to exchange. I like to share in a few words my pattern « hacks », what did work or not, while trying to keep a reasonable post length.

Louise ou @loulousewing, France.

Moi c’est Louise ! J’ai commencé à coudre assez tôt : des bouts de chiffons, du fil, une aiguille et voilà j’étais en pleine création ! J’y ai pris goût, et quand on m’a demandé de choisir une activité en début d’année scolaire, mes envies se sont tournées vers la création. Je me suis donc retrouvée au Club Couture du Village pour l’année ! À la maison, j’en faisais un peu avec la vieille machine Thimonnier de ma grand-mère. L’année d’après, j’ai pris des cours particuliers, un peu plus pointus avec une amie. C’est avec elle que j’ai tout appris, en passant par les coutures anglaises, les poches, les fermetures ou encore différencier les matières, les points de broderie… Je poursuis toujours d’ailleurs avec elle, elle m’apprend beaucoup et on s’entend bien !

@loulousewing
@loulousewing

Et puis, c’est cet été j’ai publié ma première photo sur Instagram ! Échanger sur ce réseau avec des personnes aussi passionnées que moi c’est un pur bonheur ! Il me plonge quotidiennement dans un univers doux et créatif, et c’est aussi grâce à lui que j’ai pu découvrir les créateurs de patrons indépendants, les jolies boutiques de tissu, etc.
Je prends énormément de plaisir à alimenter mon compte, et découvrir les gentils petits messages que je reçois c’est très motivant et encourageant !!

Tout ça est devenu une vraie passion et prends beaucoup de place dans ma vie, jamais je ne pourrais m’en passer ! »

***

Hi, I’m Louise! I began to sew a while ago: some pieces of fabrics, a needle, a sewing thread and I was ready to create! I fell in love with it very fast, and when I had to choose an extra-activity at school, I wanted to pursue into this creative way. I then joined a sewing club called « Club Couture du Village ». I was also sewing at home with the old Thimonnier machine of my grandmother. The following year, I learnt everything on this machine: French seam, pockets, zips, recognizes fabrics, embroidery stitches. Today, I am still learning every day with the same sewing-machine, we have a very good relationship!!

The last summer, I decided to publish my first picture on Instagram. Sharing with people who have the same interest as me was very nice. Every day, I am amazed by this creative and sweet world. Thank to this universe, I could discover independent creators of clothing patterns, some pretty stores of fabric…

I really enjoy to regularly update my Instagram account and read very nice messages I sometimes receive from my community to support me !!

Today, I consider it as a passion. It is part of my life, and I could never get rid of it.

Viviane ou @ateliebasile, from Brazil living in Washington DC, USA.

J’ai ouvert mon compte Instagram à la naissance de ma fille, en décembre 2011. C’était un nouveau réseau social et une nouvelle alternative : j’étais fatiguée de Facebook. Au début, je postais quelques photos de famille rigolotes et mes impressions sur le monde. Très vite, c’est devenu plus important que ce que je voulais, j’ai décidé de réserver mon à mes amis. Comme je travaillais comme journaliste télé, plusieurs personnes curieuses ont commencé à me suivre et ça me dérangeait.

@ateliebasile
@ateliebasile

Mais il y avait une autre possibilité. Comme j’étais aussi couturière et que j’avais un blog à propos de mes activités créatives (www.ateliebasile.com), une amie (@mastump) m’a conseillé de créer un nouveau compte : @ateliebasile. Comme j’avais l’expérience de mon premier compte, cette fois-ci, j’ai décidé de le faire plus intelligemment et de mieux choisir ce que je voulais montrer. À cette époque, j’avais un studio de couture pour donner des cours et je voyais Instagram comme un bon moyen de me faire de la bonne publicité gratuite.

Au cours des années, j’ai regroupé une grande communauté d’adeptes qui soutiennent tous les jours mon travail. Instagram éclaire ma journée avec des commentaires positifs et des bons conseils de voyage, de shopping, ou à propos de patrons de couture ou de tissus.

Je me moque du nombre. Instagram est une sorte de blague, un moment de détente dans ma journée. C’est aussi un espace où je peux communiquer avec des gens qui ont les mêmes centres d’intérêt que moi. J’y ai rencontré de vraies amies et j’en suis très fière.

Depuis le début, Instagram a beaucoup changé et il y a beaucoup de choses qui me déragent. Des fois, j’ai l’impression que ça perd de son authenticité, j’ai l’impression que les comptes deviennent trop esthétiques : la photo parfaite avec beaucoup de filtres, des couleurs qui s’accordent d’une photo à l’autre. Ça devient trop impersonnel. J’ai beau regarder, je ne vois pas la personne derrière l’écran. J’essaie d’éviter cette nouvelle mode.

Après Instagram, j’ai testé Snapchat, mais ça ne me correspond pas. Instagram reste « mon truc », à voir pour combien de temps encore.

***

I started my Instagram account when my daughter was born, in December 2011. It was a new social media and a new alternative to Facebook that I was completely tired of. At the beginning I had some fun posting family pictures and my impressions about the world. But very fast, it got bigger than I wanted to and I decided to « close » my feed to just friends. As I worked as a TV reporter, some curious people were following me and it worried me.

But there was another side. I was also a seamstress and had a blog about my creative work (www.ateliebasile.com). So, one craft-friend (@mastump) advised me to create an @ateliebasile account. Thanks to my first experience, this time I decided to be smarter about choosing better what to show. At that time I had a sewing studio to teach people and I thought it should be a good and free tool to talk about it.

Over the years, I raised a great community of followers that every day support my job. Instagram light up my day with positive followers´ comments and some great tips about trips, shops, patterns, fabrics and style.

I don´t care about numbers. Instagram is not a serious business, it is just a relax moment during my day. It´s also the place where I can connect with people that has the same interests that I have. I made good friends on it and I am very proud of it.

Since the beginning, Instagram changed a lot and there are some points nowadays that really disturb me. Sometimes I think that it is losing its authenticy because the feeds are getting too much aesthetic: perfect pictures, too many filters, matching colors in all the photos. It turns the thing very impersonal. I look pictures and can´t see the person who is behind the screen. I am trying to avoid this new wave.

 After Instagram, I tested Snapchat, but it didn´t work for me. Instagram is still « my thing ». Let´s see for how long.

Instagram et nous

Instagram a beaucoup de travers. De choses qui nous dépassent, de comportements qui ne nous plaisent pas forcément. Mais Instagram est un vrai réseau social qui réunit une forte communauté de couturières. Ça reste avant tout l’occasion de partager des petites astuces, des bons plans, des nouveaux patrons, de nous inspirer les unes les autres. Et des fois au-delà de l’écran, il se passe quelque chose de fou : on se rencontre en vraie et tout ça devient merveilleux !

***

Instagram has a lot of problems. Things that surpass us, behaviors that we don’t necessarily like. But Instagram is a real social network that brings together as a strong community of seamstresses. Above all, it is an opportunity to share tips, good plans, new patterns, to inspire each other. And sometimes beyond the screen, something crazy happens : we meet in the real life and it’s wonderful !

Elise Huguette
Je suis scénographe et éclairagiste parmi les activités que je pratique. Je suis passionnée de voyage et de couture et je vis à Washington DC!

Leave a Response