The Mémoire

Ce qu’il faut retenir de la cérémonie des Oscars 2017

2 comments542 views

C’est parti pour le débrief à chaud, j’écris en même temps que je regarde alors ça sera sûrement être un peu décousu ! Si vous voulez retrouver le palmarès complet, je vous invite à aller faire un tour pour lire cet autre post qui récapitule les résultats de la soirée.

Le speech d’ouverture fait par Jimmy Kimmel était comme on pouvait s’y attendre drôle, mais également politique. Il a, en effet, fait pas mal d’allusions au président Trump et à son utilisation modérée de Twitter (avec un Big Up spécial pour Meryl Streep) qui ont beaucoup fait rire l’assemblée. Meryl Streep a quand eu droit a une standing ovation pour sa 20e nomination aux Oscars. Isabelle Hupper a également été saluée pour un film « que personne n’a vu, mais que tout le monde a adoré » dixit Jimmy Kimmel. La première statuette qui a été remise a été attribuée à Mahershala Ali pour son second rôle dans le film Moonlight et on a eu droit à une première coupure pub…

Quel bonheur ces coupures pub… Je crois que je n’ai pas fini de me plaindre, on en est à la deuxième coupure après seulement trois remises de prix…

Le prix du meilleur documentaire a été remis par le trio éblouissant du film « Les figures de l’ombre », Taraji P. Henson, Octavia Spencer et Janelle Monae. Elles ont été rejointes sur scène par la vraie Katherine Johnson, portée à l’écran dans ce même film par Taraji P. Henson. Elle a elle aussi eu droit à une standing ovation.

onstage during the 89th Annual Academy Awards at Hollywood & Highland Center on February 26, 2017 in Hollywood, California.

Ah cette douce musique qui coupe la parole de tous ceux qui remercient leurs parents, leur conjoint, leurs producteurs, leurs enfants, etc…

Je crois qu’il va falloir que je me fasse à l’idée que nous allons avoir droit à une coupure pub après chaque remise de prix. Je commence à y trouver un intérêt, d’abord je peux me questionner sur la nécessité de faire un Big Mac plus gros, mais je peux aussi prendre le temps d’écrire et c’est plutôt pas mal en fait !

En comparaison à l’année dernière, je dois dire que j’ai trouvé cette cérémonie particulièrement politique, et ça a commencé dès le tapis rouge. Beaucoup de stars arboraient un ruban bleu épinglé à leur tenue, manifestant de leur soutien à la campagne intitulée « Stand with ACLU » (en soutien à l’Union Américaine pour les libertés civiles). Tous les remettants et les vainqueurs ont eu un mot pour l’actualité politique (même Dwayne Johnson c’est pour dire) à l’importance de s’unir et d’accepter l’autre, à se battre contre les préjugés et à ne pas céder à la peur de l’autre, de l’étranger. L’un des actes les plus politiques de cette soirée a été la remise du prix du meilleur film en langue étrangère au film « Le Client » film iranien de Asghar Farhadi et du speech de remerciement qui a suivi. Le réalisateur, qui s’est fait représenter, n’est pas venu à la cérémonie en signe de protestation au « muslim ban » voté par le président des États-Unis il y a quelques semaines.

À un moment il s’est passé un truc un peu foufou « TV américaine », ils ont fait venir un groupe de touristes qui pensaient faire une simple visite au milieu de la cérémonie. Jennifer Anniston a fait cadeau de ses lunettes de soleil à une des invitées surprises. Ces touristes surpris et bouche bée n’ont pas lâché leurs I-phone et leurs selfies stick, en même temps je les comprends c’est pas tous les jours qu’on peut toucher Meryl Streep, Ryan Gosling, Denzel Washington, Emma Stone et tous les autres. Kimmel a quand même fini par dire « Vous savez que c’est filmé et que vous pourrez revoir ces images ». En tout cas ce moment était très télégénique, ils sont quand même forts ces Américains !

Jimmy Fox est quand même venu faire une remise de prix en Dolorean et ça c’est quand même trop la classe !

S’il y en a un qui a passé une soirée difficile c’est bien Matt Damon, il a déjà commencé à prendre cher avant même que la cérémonie est commencée par Jimmy Kimmel via les réseaux sociaux et ça n’a fait que monter en puissance durant la cérémonie. Bien évidemment ça a été fait en toute amitié, mais le moment phare de cette blague a été lorsque Ben Affleck and guest (comme l’a annoncé la voix off et qui n’était autre que Matt Damon) ont remis l’Oscar du meilleur scénario original. À ce moment-là, Jimmy Kimmel a pris la place du chef d’orchestre et a fait jouer les musiciens pour faire taire Matt Damon.

La La Land n’a pas gagné toutes les catégories pour lequel il était nominé, mais Emma Stone a quand même remporté l’Oscar de la meilleure actrice. Ça me fait le même effet que lorsque Jennifer Lawrence avait remporté la même statuette il y a quelques années. Ce n’est pas que ce n’est pas mérité, mais à côté des autres actrices nominées dans la même catégorie, je ne comprends pas trop ce choix. Je pense que je ne m’avance pas trop en disant que cette récompense risque d’être pas mal commentée dans les heures (jours) à venir, surtout que son discours, contrairement à beaucoup d’autres, n’était pas plus inspiré que ça.

Le moment méga chelou a eu lieu lors de la remise de l’Oscar du meilleur film. Il a d’abord été annoncé que La La Land avait gagné la statuette, mais il s’est finalement avéré qu’après un moment de doute général, c’est le film Moonlight qui a été déclaré vainqueur. Entre temps, les membres de l’équipe de La La Land ont pu remercier leurs familles, leurs femmes, leurs enfants, leurs chiens, etc… Une grosse fausse note pour clôturer cette soirée qui avait pourtant été plutôt parfaite jusque là. Moi qui n’étais pas super ravie que La La Land ait remporté l’Oscar, là tout de suite ça me fait un peu de peine pour eux quand même ! Alors pourquoi est-ce arrivé ? Le remettant, dont je ne connais pas le nom, a lu « Emma Stone, La La Land » avant d’annoncer que ce film avait gagné. Il lisait en fait l’enveloppe concernant la remise précédente pour la meilleure actrice. Jimmy Kimmel a conclu la soirée quelques secondes plus tard en disant en gros « Je suis responsable de ce qui vient de se passer, je ne reviendrai pas ». Dommage pour lui, c’est tout ce qu’on en retiendra.

Parlons chiffons

Côté robe, parce que les cérémonies c’est aussi ça ! Emma Stone comme à son habitude depuis quelque temps portée une très belle robe 30’s, Meryl Streep a toujours cette classe incroyable d’une femme pas vraiment jeune qui sait parfaitement choisir ses tenues (même si je suis sûre qu’elle a des stylistes). La tendance cette année c’était quand même les robes qui brillent tellement qu’elles ont l’air d’être blanches : Isabelle Hupper brillait, Charlize Theron aussi, la femme de Matt Damon également ainsi que Jessica Biel et Jannelle Monae. Dakota Johnson brillait bien plus que de raison ! Amy Adams s’était même habillée avec un miroir. En plus des robes dorées, on a aussi eu droit à la valeur sûre : la robe noire. Salma Hayek, Brie Larson, Alicia Vikander, Jennifer AnnistonLaura Dern, Kristen Dunst qui n’avait pas l’air très en forme, Taraji P. Henson, étaient toutes de noir vêtues. La dernière tendance côté robe ça a été la robe tapis rouge choisie par Ginnifer Goodwin, Ruth Negga et la brillante Olivia Davis

Du côté des hommes, il est quand même plus facile pour eux d’éviter la faute de goût même si certains essayent très fort ! Jeremy RennerMahershala Ali, Justin Timberlake, David Oyelowo, Josh Dallas, John Legend, Andrew Garfield, Gael Garcia Bernal, Viggo Mortensen , Léonardo DiCaprio et Riz Ahmed étaient très classiquement habillés, mais qu’est-ce qu’ils étaient beaux !

Par contre je ne suis pas totalement fan du mini col à jabot que portait Ryan Gosling, même si il portait un sac poubelle il serait toujours sexy alors je lui pardonne ! Je mettrai aussi un veto sur la coupe de cheveux d’Halle Berry et je plains la personne qui était assise derrière elle toute la soirée ! Je dis un grand « non pas d’accord du tout, moche, moche » aux robes jaunasses de Leslie Mann et de Blanca Blanco.

En conclusion

Après avoir regardé les Césars et les Oscars, on peut avouer que les Français ont des cours à prendre. La cérémonie américaine a duré bien plus longtemps que la Française et malgré le fait qu’elle ait été entrecoupée de millions de pages de pub, que les gagnants avaient à peine le temps de finir leurs discours et que tout le monde était figé par le prompteur, je dois bien reconnaître que le rythme et l’ambiance ont tenu. Et c’était une soirée très plaisante et ça fait plaisir. Malgré la grosse fausse note de fin de soirée, qui semble être une première, La La Land a quand même remporté 6 statuettes sur 14 nominations c’est tout de même un score très honorable. Le deuxième grand gagnant de la soirée a été une gagnante, la merveilleuse Viola Davis qui m’a presque fait pleurer avec son discours si empli d’espoir.

And thank you to the academy.

Elise Huguette
Je suis scénographe et éclairagiste parmi les activités que je pratique. Je suis passionnée de voyage et de couture et je vis à Washington DC!

2 Comments

Leave a Response